Investir dans le neuf – Partie 1

 

Constitution d’un patrimoine, investissement pour louer ou habitation principale, les raisons pour investir dans le neuf sont multiples. Quelles qu’en soient les raisons, cette démarche présente de nombreux avantages :

Reconduite des dispositifs :

 

Si la fin de la Loi Pinel favorisant l’investissement dans le neuf était annoncée pour fin 2017, celle-ci vient d’être reconduite pour 4 ans. Néanmoins, quelques modifications ont été apportées. Pour rappel, la loi Pinel permet de faire l’acquisition d’un bien neuf dans un but locatif en bénéficiant d’avantages fiscaux. Toutefois, certaines conditions permettant d’en profiter ont été revues :

  • Les zones d’application sont limitées aux zones A, A bis et B1
  • Les réductions d’impôt peuvent aller jusqu’à 21 % selon la durée d’investissement et de location
  • Les avantages fiscaux ne peuvent s’appliquer que pour un prix d’achat inférieur à 5500 €/m²

 

En savoir plus sur la Loi Pinel

 

Les courtiers immobiliers :

 

Le principal cheval de bataille des acquéreurs lors d’un achat dans le neuf est l’obtention d’un crédit à un taux avantageux. 2/3 des futurs acquéreurs essaient de négocier avec leur banque contre 1/3 qui passe par un courtier en immobilier. Or, ceci présente de nombreux avantages.

  • Une recherche approfondie des meilleurs taux : le courtier en immobilier recense les meilleurs taux parmi les établissements bancaires. Ce qui évite cette opération fastidieuse et fait gagner du temps aux acquéreurs.
  • Des conditions plus avantageuses : les courtiers présentent souvent un volume important de dossiers aux banques permettant ainsi d’obtenir des conditions plus avantageuses sur votre taux ou sur l’assurance emprunteur.
  • Des honoraires réduits voire inexistants : dans la majorité des cas, faire appel à un courtier ne coûte rien aux futurs emprunteurs, celui-ci étant rémunéré par la banque.

Frais de notaire réduits :

 

A contrario d’un achat dans l’ancien, acheter dans le neuf permet de bénéficier de frais de notaire réduits.

En effet, si ces derniers pour l’acquisition d’un bien dans l’ancien peuvent atteindre 7 à 8 % ceux relatifs à l’achat dans le neuf se montent à 2 ou 3 % du prix d’achat. Cette différence provient essentiellement des droits destinés au trésor public, appelés droits de mutation à titre onéreux qui sont réduits.

En effet, les honoraires des notaires ne constituent qu’une partie infime de ce que l’on appelle « frais de notaire »